Association Zaila
       Le désert ne se décrit pas, il se vit

le désert ne se décrit pas, il se vit
PROTEGER L’ENVIRONNEMENT HUMAIN ET NATUREL DU DESERT

Nos projets

L’association Zaïla tend à protéger le désert de la Hamada du Drâa en luttant contre le non respect de l’environnement et la perte des traditions.

L’association Zaïla veut, à travers ses projets, agir activement pour la protection de l’environnement du désert:

  • En organisant des opérations de nettoyage des villages à la porte du désert
  • En soutenant des produits naturels auxquels le plastique s’est substitué, tels les nattes en palme, les sacs en poils de chèvres et de chameaux, des produits en poterie, en bois et en cuir, dont l’utilité et le caractère biodégradable s’intègrent avec l’environnement.
  • En maintenant les méthodes ancestrales d’entretien des palmeraies du sud et le mode de construction en pisé.
  • En construisant des puits et en assurant leur entretien.
  • En luttant contre les rallyes motorisés, les Quads et les 4x4, dans des zones réservées essentielles à la vie dans le désert, telle la Hamada du Drâa, la région d’Iriqui et l’Oasis sacrée d’Oum Lâalag.
  • En luttant contre l’utilisation abusive des sacs plastiques et autres déchets (bouteilles, boites de conserves, etc.) qui commencent à envahir le désert…
  • En luttant contre l’abattage des rares arbres du désert, les véritables paravents à la désertification et en organisant une plantation de 1 000 palmiers à Mhamid
  • En assurant la protection de l’Oasis Sacrée d’Oum Lâalag avec un soutien au projet du Dr. Labbas Sbai qui se bat depuis des années pour permettre à ce havre de paix et de vie à survivre et sauver, ainsi, plusieurs espèces animales et végétales pour les quelles cette oasis est le dernier refuge (www.iriqui.com)

En participant à l'un de nos voyages vous posez à votre tour une pierre à l'édifice.

Actions de l’Association Zaila en détail

Avec l’aide et la complicité d’amis suisses ayant découvert le désert avec Zaila, quelques petits projets, à taille humaine et portée régionale, ont pu se concrétiser ces dernières années, d’autres sont en cours ou en projet:

  1. Construction, début 2003, du puits « Erg Ait Ounir », à 25 kms env. au sud-ouest de M’hamid, sur le lit du Drâa, avec le concours des amis de Zaïla, Anne-Lise et Philippe Lagger, de la Chaux-de-Fond. Ce puits a été inauguré en mars 2003, lors d’une caravane Zaila, en leur présence.
  2. Construction d’un deuxième puits à « Erg Smar », fin 2004, à environ 40 kms au sud-oust de M’hamid au bord du lit du Drâa, avec le concours d’Evelyne El-Assad et Jean-François Muller, les amis de Janet et Ali. L’inauguration a eu lieu en avril 2005, avec Sébastien et Jean-François, toute l’équipe Zaila, incorpore, des amis suisses et beaucoup d’invités surprise parmi nos amis les animaux: des dizaines de chameaux, d’ânes, de chèvres, de moineaux du désert et des nomades ravis d’abreuvoir tout ce beau monde à partir d’un trou rond, bien construit, source de la vie. Ce fût une superbe fête…
  3. Durant les caravanes Zaila des mois d’octobre, décembre 2005 et janvier 2006, un projet d’un troisième puits a été initié pour «2006, année internationale du désert et de la désertification». L’équipe Zaila, avec Hssain, spécialiste des puits, comme  chef de ce projet, a été chargée de le mener à bien. Le puits de Hdaib Oulad Driss a été désenseveli et il est opérationnel depuis avril 2006.
  4. Plus touchant est le petit projet des 4 petites filles Beuchat, Selma (4 ans), Zelie (6 ans), Nora (7 ans) et Lia (8 ans), de Lutry, avec la complicité des parents bien sûr, qui ont fait une cagnotte pour venir en aide à une école, avec des écoliers de leur âge (fournitures scolaires, rencontres, etc.). Les petites vaudoises ont pu visiter l’école Oulad Mhaya, près de Sidi Khalil, à M’hamid, les 16 et 17 octobre 2005, et offrir directement leurs cadeaux aux écoliers de la dernière Kasbah de la vallée du Drâa. Plus émouvant, ce fut l’échange entre les petites suissesses et les écoliers de M’hamid sur les méthodes d’apprendre à lire et à écrire … La richesse du savoir est la première à partager quelque soit le milieu culturel ou social! Selma et ses 3 sœurs ont récidivé en faisant une collecte de Noel à Lutry pour compléter cette aide et envoyer à l’école de Sidi Khalil, des tailles - crayons collectées pour deux classes supplémentaires.
    A noter également que les enfants des familles CHRISTEN (Julien et Elise) de Lonay et VIBERT de Pully (Nathan et Jonas) ont visité cette école le 19 octobre 2005 et y ont fait des dons. Qu’ils soient vivement remerciés ici, au nom des écoliers de M’hamid.
  5. Depuis juin 2005, l’association Zaila organise, avec le concours de toute la population de M’hamid, les écoles et les associations locales, une opération de nettoyage de la palmeraie de M’hamid de ses déchets, notamment plastiques, accumulés des années durant. Cette opération est accompagnée  d’un plan d’assainissement des déchets dans la région de M’hamid. Parallèlement, et d’une manière régulière, l’équipe Zaila et l’association Intilak, regroupant des jeunes de M’hamid, assurent un suivi du nettoyage de la région de M’hamid et la sensibilisation de la population pour gérer les déchets. Voir la revue ANIMAN, No 131, décembre 2005–janvier 2006 et le documentaire «Nettoyage de M’hamid». Cette opération est organisée le premier week-end du mois de juin pour commémorer la journée mondiale de l’environnement du 5 juin.
  6. Les opérations 2005 (25-27 juin), 2006 (9-11 juin) et 2007 (8-10 juin) ont été un grand succès. Elles ont permis une prise de conscience plus vaste des problèmes des déchets plastiques dans la région de M’hamid et le désert. Deux documentaires court-métrage ont couvert ces deux opérations et ont été présentés au public en Suisse (Paléo Festival 2007, Festival de Soleure les 23 et 26 janvier 2008, Festival de la Francophonie à Bern, le 11 mars 2008) et en France (Grenoble, Association des Grimpeurs des Alpes, le 31 janvier 2008 et à Paris, Espace Reuilly, le 5 avril 2008). Dans ces deux reportages on souligne la réaction des nomades, aux confins du Sahara, à ce fléau qui n’épargne plus le désert  et, conjugué au désert –business, est entrain d’étouffer et de réduire l’espace vivable, et vital, pour les nomades, la faune et la flore du désert.
  7. DEV.TV (www.dev.tv) et la BBC, dans le cadre de l’année internationale du désert et la désertification (2006) ont suivi une caravane Zaila (avril 2006) et produit un film intitulé, «La Sécheresse du cœur», soulignant une autre sécheresse, celle du cœur des nouveaux prédateurs de l’environnement du désert, qui saccagent les rares réduits nomades au Sahara, à travers les rallyes et événements du désert-business, sans le moindre respect pour l’environnement naturel et humain de ce milieu. Ce film, qui fait le tour du monde depuis plusieurs mois, a participé à plusieurs festivals et a gagné le prix de l’Association des Grimpeurs des Alpes au festival d’Autrans, en décembre 2007. Il sera présenté prochainement dans le premier festival «Aventure du Bout du Monde» à Paris le 5 avril 2008 et sera suivi d’un débat sur le tourisme alternatif.
    A noter que ce documentaire fait partie d’une série de 8 films : «Les villages sur la ligne du front» produite par la BBC et DEV.TV avec le concours de plusieurs institutions dont l’ONU, la DDC et l’UNEP, entre autres.
  8. Durant l’été 2007, l’équipe des chanteurs Zaila a été honorée par le Paléo Festival de Nyon  au cœur du village du monde, avec leurs magnifiques tentes nomades, leur cuisine et leurs chants sublimes du désert. Cette participation a eu un grand succès pour faire connaître la culture et le mode de vie nomade au cœur d’un grand festival, qui plus est, pour la cause d’un vrai développement durable dans le désert. Nos vifs remerciements à Daniel Rossellat, Annedominique Chevalley et Jacques Monnier pour cette participation qui augure, on l’espère, d’autres collaborations pour que la musique soit aussi un vecteur de prise de conscience des problèmes de l’environnement et d’échanges sur la culture, la musique et le développement durable.
  9. Un projet du cœur (2006-2007): celui du Dr. Elyazid MOUHSINE, originaire du désert, membre de l’Association Zaila et imminent spécialiste de traumatologie au CHUV à Lausanne, qui a offert bénévolement ses services pour opérer une femme, Madame Khadija Al Yamani, à Casablanca et sauver sa hanche et son pied en effectuant, avec le Dr. Claude LEBLANC, plusieurs voyages et en fournissant beaucoup de matériels et savoir (livres et publications) à ses confrères marocains et des équipements à leurs cliniques. Qu’il soit vivement remercié pour sa noble démarche qui n’est pas une première pour ceux qui le connaissent (Dr. Mouhsine a déjà participé à des caravanes médicales au Maroc).
  10. Enfin, le projet des amis de Zaila, Denise et Manuel CLAUDE, pour soutenir la scolarité d’une jeune nomade universitaire, qui vient de commencer à se concrétiser. Le choix s’est fait sur Moulouda BAZZI, 22 ans, étudiante en économie à l’université de Marrakech, pour les raisons suivantes : elle est nomade, brillante dans ses études et issue d’une famille modeste. Ce soutien consiste à lui verser mensuellement une somme suffisante pour subvenir à ses besoins d’études durant sa scolarité. On attend d’elle un rôle d’entrainement pour les filles nomades afin qu’elles poursuivent leurs études dans de bonnes conditions.

  11.   Présentation des films « La Sécheresse du coeur » de Bernard Robert-Charrue et « Les sacs plastiques : Usage éphémère et pollution durable », de Nicole Pavlin au Festival de la Francophonie à Berne, le 11 mars 2008, suivi d’un débat de plus de deux heures en présence de l’ambassadeur du Maroc et de nombreux diplomates.

Voir : http://www.bladi.net/17449-documentaires-marocains-semaine-francophonie-berne.html

Voir : http://www.casafree.com/modules/news/article.php?storyid=13599

  12.    Participation au festival « Aventure au bout du monde » à Paris, pour un tourisme respectueux de la nature et des hommes, avec le film « La sécheresse du coeur », suivi d’un débat. Cet événement, qui a eu lieu les 5 et 6 avril 2008 à l’Espace Reuilly, a permis de réunir plusieurs spécialistes du tourisme alternatif pour débattre de la question d’actualité : «Tourisme et environnement : les limites à ne pas dépasser». L’approche Zaila a eu un grand succès, à travers le débat et le film projeté. Le public a soutenu l’idée d’une charte du désert afin que celui-ci ne se transforme en un terrain de jeu des rallyes, Quads et 4x4, menant à une pollution durable ! Plusieurs contacts ont été noués pour coordonner des actions pour un « autre tourisme » opposé au désert-business.

Voir: http://www.aventuretik.canalblog.com/

13.    Participation au Forum « Tourisme autrement » à Bruxelles » en 2008 et 2010.

14.   L’approche Zaïla a été honorée dans ce grand forum sur le tourisme alternatif

 Voir: http://www.tourisme-autrement.be/joomla/images/stories/TA/ dossier/exposants_salon_2008.pdf

Voir: http://www.befair.be/site/download.cfm?SAVE=19455&LG=2

15.    Discussion avec des responsables au Maroc sur l’environnement du désert et le fléau du plastique : Le projet Zaila, environnement du désert et les sacs plastiques, a été présenté à la Fondation Mohamed VI pour la protection de l’environnement pour son parrainage et son soutien. Une lettre a été envoyée à SARL Lalla Hasna, présidente de la fondation. Sans réaction ni soutien officiel cependant, à notre grand regret.

16.    Organisation de l’opération de nettoyage à Mhamid les 6-8 juin 2008.

17.   Projet des 1 000 palmiers pour Mhamid.

Les arbres sont les paravents à la désertification, les premiers combattants face à la sécheresse. Leur plantation et leur entretien sont cruciaux. Après la réussite de la plantation de plus de 200 tamaris, en 2008, à Sidi Khalil, à la lisière de la palmeraie de Mhamid, un projet ambitieux de plantation de 1000 palmiers à la palmeraie de Mhamid a été lancé en avril 2010. Ce projet représente la plus importante contribution de l’Association Zaila pour lutter contre la désertification de la palmeraie de Mhamid. Une équipe de paysans, sous la direction de Lahbous AbdelAli, a planté le premier jet : 280 palmiers, avec la technique ancestrale des pousses allégeant à la fois les vieux palmiers et assurant une relève durable avec les nouveaux palmiers. Le résultat après une année d’entretien est excellent : plus de 80% ont atteint le niveau d’autonomie pour un palmier, plus d’un mètre de hauteur. D’ici 2013, le cap des mille palmiers sera atteint. L’investissement initial est de 50 EUR par palmier, incluant les pousses, la plantation et une année d’entretien (eau, protection, etc.).$

 

 

Zaila Projects & Missions

Project & Activities

Period

Budget

Achievement (%)

Required

Financing

Remarks

Yearly cleaning operation

Planned: 2015-2020

2005-2015

2016-2020

30’000 EUR

20’000 EUR

100%

0%

Covered

20’000 EUR

Yearly

Plantation of trees (500)

Planned: 1000 trees/year

2008-2015

2016-2020

25’000 EUR

50’000 EUR

100%

0%

Covered

50’000 EUR

Long-term

Activities

Alternatives Solutions

2008 - 2020

50’000 EUR

50%

25’000 EUR

Long-term

Activities

Water and irrigation

2005 - 2020

40’000 EUR

50%

20’000 EUR

Long-term

Activities

Flore & Fauna protection

Desert Charter

2010 - 2020

10’000 EUR

0%

10’000 EUR

Long-term

Activities

Zaila participation in Francophonie Summit

Oct. 2010

15’000 EUR

0%

15’000 EUR

One time

Social & Education

(School & Health)

2010-2020

50’000 EUR

10%

45’000 EUR

Long-term

Activities

Total

 

290’000 EUR

 

185’000 EUR

 

 

Bienvenue sur le site de l'association Zaila

http://www.busandcoach.travel/images/icons/social_media/flickr.png

 

Contact

Association Zaila
Chemin du Point du Jour 8
1012 Lausanne
Suisse

Nous écrire