Notre site est en construction notre action continue : voici notre dernier article sur le Rallye des Gazelles 2021

Si on se tait sur une cause juste, ceux qui sont dans le tort pensent qu’ils ont raison. Ne leur donnons pas cette possibilité la prochaine fois.

Le 30e Rallye des Gazelles : du 17 septembre au 2 octobre 2021

Un défoulement gratuit sur une biodiversité désarmée

Plante Sbet écrasée par une roue

Lézard Boubreis camouflé et priant qu’on l’évite

Quand on écrase une plante, elle ne peut pas crier, elle ne peut pas se défendre, elle ne peut pas s’enfuir, mais c’est toute la terre qui pleure !

Et que dire des chamelles qui plus est, porteuses, courant dans tous les sens, affolées par les hélicoptères filmant les exploits des gazelles sous tous les angles.

Le 28 septembre, ces chamelles affolées et incrédules face au Rallye des Gazelles

Sacrilège : L’UNESCO fait partie des parrains de ce 30e Rallye de la honte, espérons à son insu et que cette vénérable institution se ressaisisse !

Au Sud du Maroc, on a l’habitude de cet événement annuel, depuis 30 ans : on baisse les rideaux pour laisser les « Gazelles », à deux pattes et une tête inconsciente, se défouler l’espace de 10 jours, à travers le plus beau désert du pays. Quid des pâturages, rares, traversées par une orgie de 4×4, de Quads et survolés par des hélicoptères pour filmer l’exploit des « Gazelles » ? Quid des espèces (humaines, animales et végétales) qui vivent dans cet espace, en parfaite harmonie, depuis des siècles ? Le parrainage des uns et la complaisance des autres peut surmonter ce sacrilège, pensent-ils… Pas cette fois, on l’espère !

Toujours la même rengaine : cet événement annuel est considéré par ses organisateurs comme la quintessence de valeurs fondatrices que sont : « Le courage, le dépassement de soi, la loyauté, l’entraide et l’engagement environnemental et solidaire. », dixit sa Présidente Directrice générale, avec aplomb !

Ah, cet événement phare est considéré comme une vitrine du Maroc permettant à la Jet-Set féminine, de surcroit, de vivre des sensations fortes et de les partager avec la planète entière !

A l’heure où on conjugue « Respect de l’environnement » et « Développement durable » à toutes les sauces et dans tous les temps (et tons), le Rallye des gazelles s’est distingué en se procurant le label « Éthique environnementale » ou rallye propre. Mieux, les organisateurs exhibent la certification ISO 14001, assurant sa conformité environnementale… Pas moins (sic). C’est le pompier, muni de tous les labels de respect, de solidarité et de protection de la nature, qui se transforme en pyromane. On appelle ça : dépassement de soi ! Plutôt, le dépassement du seuil de la bêtise et de l’irrespect.

Revenons d’abord aux faits constatés sur le terrain (photos et vidéo disponibles) :

Le 28 septembre 2021, vers 13h00.

  • Lieu : pâturages de la Hamada du Drâa, à 10 kms au Sud-Ouest de M’hamid
  • Evénement : Rallye des gazelles, avec 60 à 80 véhicules 4×4 et Quads, plusieurs camions d’assistance et logistique-. Un hélicoptère aiguilleur, une équipe de plusieurs journalistes de chaines TV couvrant l’événement…

Le concept même de ce Rallye pose un problème : il donne toute la liberté aux participantes à rouler comme elles le souhaitent, sans respect du milieu naturel dans lequel elles évoluent. D’où leur irruption sur des pâturages, près des bivouacs nomades qui survivent dans cette région. Si vous ajoutez les hélicoptères et leur vrombissement, la démonstration prend alors une allure de catastrophe sur la biodiversité et le bétail camelin, en particulier. On peut parler de « crime environnemental », face à une faune et une flore désarmées !

Le crime aurait pu être parfait s’il n’y avait pas la vigilance d’un berger muni de son portable qui a pu immortaliser quelques clichés de ce crime. Ce même berger a interpelé un responsable du Rallye (voir le rapport de course, ce 28 septembre, entre 12h00 et 14h00). Le dit responsable, mal à l’aise, a promis au nomade qu’il fera suivre ses doléances, plus haut. Le nomade lui a précisé qu’il ne sollicite aucun dédommagement ou excuses, mais souhaite que ces Rallyes dévastateurs s’abstiennent de passer par leurs pâturages.

Le 28 septembre, à 12h55, précise !

L’Hélicoptère éclaireur, joue aussi le rôle de faire fuir les animaux de leur milieu naturel. C’est le « respect » selon le label des « Gazelles ».

Vidéo 1 : 28.09.21 :

https://youtu.be/kHkplHAuoso

Rallye prédateur: Chamelles affolées – YouTube

Vidéo 2 : 28.09.21 :

https://www.youtube.com/watch?v=i8Kv9EpSEhA

Chamelles_fuillant le Rallye des Gazelles

 

 

 

 

Le 28 septembre, à 13h05, les 4×4 du Rallye occupant l’espace abandonné par les chameaux ! C’est la signature du « Rallye solidaire !»

 Ce scénario s’est répété dans plusieurs endroits, durant plusieurs jours, entre M’hamid et la zone d’Iriki. L’épilogue et la récompense des « nouveaux prédateurs de l’environnement » a eu lieu sur les plages d’Essaouira, le 2 octobre, dans une ambiance féérique… On a dit : Dépassement de soi. Qu’en pensent les chamelles affolées par une orgie de bruit et de poussière et dont certaines auront une fausse couche dans quelques semaines… La faute au défoulement des « Gazelles », d’une autre espèce (protégée, celle-là !).

L’Association Zaila, pionnière dans la défense et la protection du milieu naturel du désert va saisir les ONG internationales œuvrant pour la préservation de la biodiversité dans le désert et le mode de vue nomade, menacés par la sécheresse et le changement climatique mais, plus grave, par la bêtise humaine, à travers des Rallyes et autres évènements du Desert-Business.

Rassurez-vous Mes Dames, l’Association Zaila, avec d’autres ONG, a dénoncé le premier des rallyes, le Dakar. Notre message est cohérent. Il n’est pas contre vous, il n’est contre personne. Non, il est pour la protection d’un environnement beau et fragile, comme le sont ces plantes et animaux du désert auxquels vous ne prêtez pas attention. Ces espèces sont plus utiles à l’homme que l’inverse, pourtant.

A votre décharge, le Dakar a aussi passé par là et plié bagage, il y a plusieurs années, pour aller dévaster ailleurs, en dépassant 60 victimes, la plupart collatérales selon la formule consacrée.

A l’heure où les appels se multiplient, un peu partout dans le monde, pour venir au chevet d’une planète en souffrance par l’excès des activités humaines nuisibles (comme l’est votre Rallye), il est temps de revoir vos priorités en termes de loisirs et de consommation, surtout quand ceux-ci contribuent à un déséquilibre sur la biodiversité, essentielle à tout le monde.

Sachez qu’un document sera présenté aux acteurs de la COP26 à Glasgow sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité du désert. Une illustration factuelle et objective de ce qui s’est passé le 28 septembre y sera déclinée. De même une note sera envoyée à l’UNESCO et à ISO, pour usage abusif à leur insu.

Au nom de l’Association Zaila et au nom de toutes les espèces du désert, j’adresse mon dégoût le plus sincère à tous les organisateurs des Rallyes dans le désert (et pas uniquement les Gazelles, je précise). Comptez sur nous pour être au rendez-vous pour empêcher que se reproduisent les futurs événements-prédateurs d’un environnement désarmé…

Réflexion : Pourquoi l’homme se donne-t-il autant d’importance sur cette terre ? Malmené par les courants, tel un grain de sable, il ne maîtrise, en réalité, que peu de choses, se réfugiant, par confort, dans des « certitudes ». Mais on n’avance pas à partir des « certitudes », la dynamique du doute pourrait être plus salutaire. Le confort endort et le doute réveille, à condition que la lucidité l’emporte sur le désarroi !

Mohamed Ali Sbai

Share the news

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
0 0 votes
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x